LES COWGIRL UP : site officiel du club de LES COWGIRL UP : site officiel du club de danse de narbonne plage - clubeo

Viol d'enfant. Mon commentaire en fin de page, après le vote du 1er aout 2018 à l'assemblée nationale.

4 juillet 2018 - 09:14

Bonjour.
 j'ai accepté d'interpeller avant le 1er aout 2018, les sénateurs et sénatrices sur le projet de loi contre les violences sexuelles.
Vous trouverez ci-dessous le mail type à envoyer avant le 1er aout et la liste des mails des sénateurs et sénatrices.

Pour en savoir plus, faites un petit clic ci-dessous...

Un petit clic ?

 Après le vote du mercredi 1er aout 2018 à l'assemblée nationale:

Réaction du Docteur Muriel Salmona, psychiatre, présidente de l’association Mémoire Traumatique Victimologie, après le vote à l'assemblée nationale du projet de loi contre les violences sexuelles :

Faites un clic sur le lien ci-dessous

LE FIASCO D’UNE LOI CENSÉE RENFORCER LA PROTECTION DES MINEURS CONTRE LES VIOLENCES SEXUELLES

 

 

Commentaires

Staff
maurice Fichan
maurice Fichan 2 août 2018 08:46
Supporter

Ce mercredi 1er août, l’Assemblée nationale a voté le projet de loi contre les violences sexuelles. C’est sans doute le seul texte de loi du quinquennat d’Emmanuel Macron qui portera sur ce sujet. Nous en attendions beaucoup, nous étions plus de 424 300 à demander un seuil d’âge pour protéger les enfants victimes de viol. Non seulement un enfant pourra toujours être déclaré consentant à une relation sexuelle avec un adulte, mais la charge de la preuve n’ayant pas été inversée c’est toujours lui qui devra s’expliquer, se justifier... Une grande majorité des Français·e·s comme l’a montré l'enquête réalisée par IPSOS en juin 2018 : 81% sont favorable à ce que la loi prévoie un seuil d’âge minimum en dessous duquel un acte de pénétration sexuelle par une personne majeure sur une personne mineure soit automatiquement considérée comme un viol. Une majorité estime qu’il faut le fixer à 15 ans, et plus de 90% des Français·e·s sont favorables à ce que les actes de pénétration sexuelle par un·e adulte sur un·e mineur·e de moins de 18 ans soient automatiquement considérés comme des viols en cas d’inceste, de handicap de la victime ou de relation d’autorité sur la victime. Enfin, 70% se déclarent favorables à l’imprescriptibilité des crimes sexuels sur mineur·e·s. Germain Piéton